Les approches, modèles et méthodes pédagogiques

 

Les approches, modèles et méthodes pédagogiques

 

 

La maîtrise de l'écrit

 

Une prioroté en enseignement

 

Après avoir acquis une compétence de base de l’écrit, l’élève doit développer une maîtrise de l’écrit, c’est-à-dire une capacité à comprendre et à produire différents types de textes dans des contextes variés. Pour ce, il doit avoir acquis les connaissances langagières nécessaires, soit une bonne maîtrise du lexique, de l’orthographe grammaticale et de l’orthographe d’usage, de la structure des textes, de la ponctuation et des règles syntaxiques. En effet, la compréhension comme la production d’un texte quel qu’il soit nécessitent une bonne connaissance de la structure de la langue en général.

 

Selon les élèves, les compétences de base sont acquises dès le début du deuxième cycle, tandis que pour d’autres, l’acquisition de ces connaissances prendra plus de temps. Toutefois, tout en respectant de rythme d’apprentissage de chacun, la maîtrise de l’écrit doit être une priorité pour les enseignants dès le deuxième cycle, étant donné son importance pour penser et pour développer sa pansée, pour dire le monde et le construire, dans la vie de tous les jours, mais pour apprendre dans toutes les disciplines.

 

Pour favoriser la maîtrise de l’écrit en classe

 

L’élève qui maîtrise l’écrit fait plus que lire un contexte : il est en mesure de dégager les idées principales et secondaires de ce texte, d’en faire un résumé, de tenir compte de l’organisation des idées, donc de la structure du texte, pour mieux comprendre et retenir l’information. D’autre part, au-delà d’enligner des mots sur une feuille, l’élève qui maîtrise l’écrit s’assurera d’être bien compris par son lecteur en respectant ces mêmes règles dans ses productions.

 

Bien entendu, ces habiletés se développent avec le temps et la pratique, alors l’enseignant se doit d’offrir des occasions aux élèves de développer de solides compétences langagières en leur proposant des contextes stimulants et variés (contextualisation), mais aussi en les amenant également à faire des apprentissages spécifiques sur la langue, les textes, les stratégies, etc. (décontextualisation) qui seront ensuite réinvestis dans des projets plus globaux touchant les quatre compétences langagières (recontextualisation).

 

|  Contextes de lecture et d’écriture  |  Apprentissages spécifiques  |

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.